«La Bataille d ’Alger» d’Yves Boisset sur France 2
voir aussi les Poseuses de Bombes du FLN " Porteuses de feu "
 
 








 
«La Bataille d ’Alger» d’Yves Boisset sur France 2
Apologie du terrorisme FLN et mépris des victimes civiles France 2 diffusera aujourd’hui, 11 janvier 2007, un documentaire d’Yves Boisset sur la Bataille d’Alger présenté comme inédit.
Plusieurs protagonistes de cet épisode sanglant au premier rang desquels d’anciennes poseuses de bombes du FLN témoigneront. Le Cercle algérianiste s’interroge sur l’objectif poursuivi par France 2 :
S’agit-il de présenter les poseuses de bombes des cafés et des restaurants d’Alger comme des héroïnes comme cela avait été le cas en novembre 2003 avec la sinistre Zohra Driff invitée par Arlette Chabot sur le plateau de « Mots Croisés » ?
Quelle place et quelle parole seront accordées aux victimes civiles survivantes de ces attentats aveugles qui tuèrent et mutilèrent plusieurs dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants, tous civils algérois ?
France 2 céderait-il une nouvelle fois au politiquement correct, dans cette tendance ambiante à la repentance, en proposant des oeuvres télévisuelles manichéennes présentant les bourreaux comme des victimes et laissant dans l’ombre les souffrances des Pieds Noirs ?
A l’heure même ou notre pays tente de se prémunir du terrorisme, il est déplorable qu’une chaîne publique ait cru bon offrir une tribune sans aucunélément critique aux poseurs de bombes de la bataille d’Alger qui à ce jour n’ont rien renié de leur terrible action. Cercle Algérianiste
 

Infrarouge

La Bataille d'Alger le communiqué de France 2
Diffusée le 11 janvier 2007
Documentaire. Réalisé par Yves Boisset. Produit par Compagnie des Phares et Balises. Avec la participation de France 2.
Pour écrire au médiateur de France 2 : MEDIATEUR DES FALSOS
Pour écrire au producteur & Yves Boisset : P H A R E S & B A L I S E S

 
Que reste-t-il aujourd'hui de la bataille d'Alger dans la mémoire collective ? Sans doute le souvenir d'une victoire militaire à peu près totale des paras de Massu et des "bérets rouges" de Bigeard sur le FLN. Mais aussi le souvenir d'une immense défaite politique et morale qui devait sceller le sort de l'Algérie française. Une défaite de l'honneur et de l'éthique qui révéla au grand jour la pratique de la torture par l'armée française.
Une défaite stratégique, enfin, qui servit de ferment à la mobilisation du peuple algérien contre "l'occupant français".

En Janvier 1957, après deux ans et trois mois de troubles qui ont ensanglanté le pays, l'armée est brusquement investie de tous les pouvoirs de maintien de l'ordre dans la zone militaire d'Alger. Cette décision fait suite à une série d'attentats meurtriers perpétrés par le FLN contre la population européenne, alors que le pouvoir local est impuissant à en venir à bout. Pendant neuf mois, sous l'autorité du général Salan, les parachutistes de Massu et de Bigeard vont mener une lutte sans merci contre les activistes algériens.

En Septembre 1957, la victoire des militaires français est complète. Les réseaux du FLN d'Alger sont démantelés et la ville a retrouvé la sécurité. Sécurité trompeuse puisque, après deux ans d'une accalmie obtenue au prix d'une répression féroce, les affrontements reprendront de plus belle jusqu'au triomphe absolu du FLN qui a réussi à supplanter le parti indépendantiste rival du MNA et à gagner le soutien massif de la population musulmane. En 1962, les accords d'Evian ramèneront la paix mais scelleront le départ douloureux vers la métropole de près d'un million et demi de "Pieds Noirs".

Aujourd'hui encore, les plaies de la guerre d'Algérie sont bien loin d'être cicatrisées. Mais on peut sans doute essayer de raconter honnêtement l'épopée de la bataille d'Alger, avec ses héros et ses traîtres, ses amitiés et ses haines, ses contractions entre l'humanisme et la barbarie dans un camp comme dans l'autre.

Principaux témoins intervenant dans le film :
Yacef Saadi
, chef de la Zone Autonome d'Alger
Abd-El-Kader Guerroudj, ancien communiste, responsable FLN
Danielle Minne, militante FLN, poseuse de bombes
Djamila Bouazza, militante FLN, poseuse de bombes
Djouas Akrour, militante FLN, poseuse de bombes
Jacqueline Guerroudj, militante FLN, poseuse de bombes
Capitaine Allaire, officier de renseignements 10e DP
Général Bigeard
Général Massu
Colonel Trinquier
Colonel Argoud
Capitaine Léger
Général de La Bollardière
Colonel Elie de Saint-Marc
Germaine Tillion, ancienne résistante.